Norbert BISKY 

Né en 1970 à Leipzig (Allemage), Norbert Bisky vit et travaille à Berlin.


 
Georg Baselitz
.
Norbert Bisky représente la dernière génération de jeunes gens qui ont grandit sous le totalitarisme de l’Allemagne de l’Est. Ses peintures en gardent la mémoire visuelle. Dans un décor bucolique, des jeunes gens athlétiques, aux visages lisses, sont mis en scène sans état d’âme.

Dans cette exposition, sous le titre « Maudit », nous trouvons un nouveau type d’oeuvres qui s’inspirent des visions apocalyptiques tirées du livre de la Révélation de Jean. L’artiste assemble les éléments disparates tels que des sujets classiques de l’histoire de l’art comme « les visions de Johannes », de l’iconographies chrétienne, de la culture gay, de la terreur et des images catastrophes aussi bien que les ajouts de l’industrie de la mode.

Nous sommes habitués à être bombardé par des milliers d’images horribles à travers les média électroniques. Un peintre devrait-il répondre et inclure ces représentations dans son travail ?

Un travail comme « action painting (après b.a.), 2010 » montre l’impossibilité d’une réaction directe dans une voie humoristique.

C’est aussi une remarque sur la déclaration politique d’utiliser « l’art comme arme » qui fut autrefois un objectif important du réalisme socialisme.

Dans ces nouvelles peintures nous trouvons des débris et des ruines, des formes bestiales et désenchantées cherchant à survivre.Les cieux et les fonds varient du gris au bleu foncé ou au noir, laissant les jaunes purs et les rouges plus vibrants. Les couleurs et les coups de pinceaux bougent dans des champs de structures abstraites comme dans le tableau « maudit, 2010 ».

Les corps ressemblent à des survivants – et ils ne sont pas aussi fiers que dans les premières peintures de N. Bisky, mais néanmoins toujours aussi fortes et vibrantes. Il y aura aussi une série de travaux sur papier, ces aquarelles se comportent comme une expression en elle-même et contrastent avec les images parfois dérangeantes.

Sous une apparente légèreté de propos, l’artiste nous fait pénétrer dans ses rêves et ses cauchemars. Mais est-ce vraiment une situation recomposée ou est-ce la trace indélébile dans ses souvenirs d'enfants.